vers 78° nord à 2H

22 février 2002 - 8ème jour : de Mehamn à Tromsø

diaporama des photos du jour - carte inter-active du jour

 

8ème jourS'il faisait beau à l'aube, ce n'est plus le cas. Il y a du vent mais également la température remonte : la neige sur les ponts extérieurs se transforme en "soupe", la glace sur les verrières du salon panoramique dégringole... tout comme les tasses et soucoupes posées sur les guéridons du salon lors de quelques mouvements plus amples ou plus brusques du navire.


 

A part la vaisselle cassée, pas de dommage. Les mouvements du M/S Polarlys sont assez importants quand nous arrivons à Hammerfest. L'accostage est un peu plus laborieux que d'habitude, le vent tend à éloigner le M/S Polarlys du quai. Finalement, on accoste.

J'allais descendre sur le quai mais j'hésitais encore à l'intérieur du navire, sur l'escalier, en voyant arriver un passager et ses bagages bousculés par le vent, quand décidé, je descends quelques marches. A ce moment là, je vois le quai bouger nettement plus que d'habitude sous la coupée et les automobilistes qui attendaient sur le quai se mettent à klaxonner... M'enfin...

Le M/S Polarlys s'éloigne du quai et vers l'avant. La réceptionniste me prend par le bras et me fait rentrer (ou plutôt me rentre à l'intérieur) et va refermer l'accès passager plus ou moins pentu selon la marée (ça prend bien 2 minutes à l'ouverture et à la fermeture pour règler l'escalier, descendre la passerelle, relever les rampes, etc..). Une amarre à l'avant s'est rompue sous la traction du navire poussé par le vent. Quelques minutes auparavant l'ancre de tribord avait été mouillée, précaution inhabituelle.

A HammerfestFinalement, le M/S Polarlys est revenu à quai sans dommage en dehors de l'aussière rompue.

L'après-midi, la navigation est encore agîtée : "blink-ting" font les tasses et soucoupes en tombant. A 15 H, les embruns gèlent sur les vitres du salon panoramique et on ne voit plus rien.


 

A ØksfjordVers 16 H, nous arrivons à Øksfjord, assez abritée dans son fjord. Les pêcheurs côtiers n'ont pas dû sortir aujourd'hui.Décidément, ce n'est pas mon jour avec la coupée des passagers. Voyant qu'il restait encorre 3 ou 4 voitures à charger sur le M/S Polarlys, je m'éloigne jusqu'à l'avant du navire, même pas jusqu'aux petits fileyeurs qu'on voit à quai devant le M/S Polarlys. Mais le quai fait un coude et un camion attendant qu'on relève les passerelles bouchait la vue. Soudain POOOOOO, bon je retourne vers la coupée passagers... qui était pratiquement relevée. Il restait encore une voiture à charger et j'aurai pû prendre l'ascenseur en même temps mais la réceptionniste (ce n'est pas celle qui était de service ce matin) redescend la passerelle passagers. Je vais m'excuser.


 

A ØksfjordQuand un passager en motoneige embarque sur l'express-côtier , comment fait-on ? On met la motoneige sur une palette et hop... dans la cale ;o))

Le temps s'est amélioré et le ciel est totalement dégagé à 20 H quand nous sommes à Skjervøy quand soudain le ciel au dessus des montagnes derrière la ville n 'est plus qu'aurores boréales : des très, très belles , très colorées, très mouvantes, des rideaux, des voilages qui s'enroulent en tourbillons sur eux-même. Ca a duré 10 à 15 minutes mais que c'était beau !!! En 1999, j'en avais vu beaucoup plus et plus longtemps mais nettement moins belles que ce soir.


 

en quittant Skervøy15 mn après avoir quitté Skjervøy, d'autres aurores s'offrent à nous, nettement moins belles (on ne voit pratiquement que le bas du "voilage"), mais pas mal quand même et là, j'ai fait une pose de 10' (400 asa) avec mon 24x36 et voici le résultat. Bien sûr, étant en mer, une étoile et les feux d'un navire génèrent des petits gribouillis parallèles, la côte est "bougée" mais bon, je suis assez satisfait. La prochaine fois, j'amènerai des pellicules de 800 asa et ce devrait être satisfaisant.

page précédentepage suivante