le MS Nordstjernen à Bodø

23 au 30 mars 2008 : de Svolvær à Kirkenes puis
retour à Bergen à bord du MS Midnatsol

 

Contrairement à mes précédents carnets, je n'ai pas créé une page par jour racontant les faits marquants de ma journée mais je ne vous présente, bruts de décoffrage, que mes commentaires enregistrés sur mon dictaphone. Le récit est forcément moins abondant que sur mes précédents carnets où la mémoire complétait les notes/enregistrements. Par contre, les notes explicatives des photos sont, en principe, plus exhaustives et surtout "horodatées" et permettent donc de suivre la chronologie de mes journées.

Samedi 22 mars à 22 h,  je suis à bord du MS Midnatsol. J'ai eu un p’tit coup de blues en embarquant car il est vraiment très différent du MS Nordstjernen qui m'avait tant plu.

Dimanche 23 mars à 9 h. Ce matin, c’était… le MS Nordstjernen qui faisait escale à Harstad  en même temps que le MS Midnatsol… Un peu de mélancolie… On pouvait voir à sa proue les traces gelées de la vague d'étrave.

Navigation jusqu'à Tromsø avec un temps relativement clément du point de vue des précipitations mais assez venté. Mes premières impressions du MS Midnatsol ne sont pas terribles : je le trouve trop grand et surtout un peu "clinquant" (en fait, au fil des jours de mon voyage, je vais finir par l'apprécier même si bien sûr, je préfère les autres navires du fait notamment de sa plus grande hauteur par rapport à la mer : par exemple, la coursive extérieure ceinturant le navire se trouve au 6ème pont alors que sur les autres navires, elle se trouve au niveau 5 ou même plus bas pour les plus anciens).

A Tromsø avec une belle lumière, balade en ville mais tout doucement car j'ai peur de glisser. Qu'est-ce que ça change ! Dans toutes les villes escales de la ligne, il y a des constructions nouvelles ou en cours. C’est fou comme ça a changé depuis 1999 ! A Tromsø, j'ai surtout pris des photos de clochers ou alors le "chapeau" du kiosque à musique, ou alors une statue devant la bibliothèque. Je n'ai pas très chaud dans les rues avec le vent pas très fort mais qui refroidit nettement l'atmosphère malgré le soleil éclatant.

Navigation jusqu'au soir, après dîner sur le pont… les aurores boréales commencent, assez belles mais pas formidables ; pendant quelques secondes il y a eu un voilage assez coloré dans le bas et bien mobile. Je suis resté sur le pont pendant environ 45 minutes puis je suis retourné à la cabine. En arrivant à Skjervøy, je suis retourné sur le pont avec mon matériel photo, tripode compris. Pendant l'escale, nous étions 3 photographes avec tripode sur le pont… Mais pas d'aurores boréales. Par contre, je viens de discuter avec un couple qui a embarqué à Tromsø spécialement pour voir les aurores boréales : ils en ont vu une très belle au-dessus de la ville juste avant d'y arriver… Je l'ai loupée à quelques minutes près.

Lundi 24 mars matin : j'ai passé une bonne nuit, je ne me suis réveillé qu'à Hammerfest. Navigation dans un brouillard plus ou moins épais, sous des averses de neige, rien de spécial à part peut-être la présence à bord d’une équipe de télé chinoise qui tourne un reportage sur l’hurtigruten. A Havøysund, ils passaient d'un bord à l'autre du pont 9 alors que le navire pivotait sur lui-même afin d'accoster. C'était en fait leur première escale à une heure raisonnable et c'était donc une découverte pour eux.

A Honningsvåg, j'ai emprunté une [ou un ?] des 6 sparks à la disposition des passagers pour aller faire un tour dans les rues de la ville. J'ai commencé par me casser la figure au bout de quelques mètres seulement quand elle [il] a stoppé net sur une plaque de macadam découverte de neige ou de glace. J'aurais pu me faire mal mais apparemment je n'aurai qu'un bleu au coude droit. Je suis allé faire un grand tour durant 45 minutes environ mais en faisant très attention surtout dans les descentes car j'avais peur que l'incident du départ se reproduise : que je fasse un beau soleil par-dessus le "guidon". Demain à Kirkenes, j'en reprendrai une autre car même, si ce n'est que pour marcher, c'est beaucoup plus sécurisant que de marcher sans appui. Au retour, comme d'habitude ici, je fais une séance de jacuzzi à Honningsvåg, sous la neige qui tombe abondamment. C'était très sympa.

La navigation vers Kjøllefjord se déroule sous la neige avec une faible visibilité : à peine ai-je entrevu la falaise de Finnkjerka. Pendant la brève escale, je reste sur l'avant du pont 6, esquissant parfois un petit "coucou" au cas où la famille, les amis seraient connectés à la webcam du port.

Je suis assez content des photos que j'ai faites pendant l'escale à Mehamn sous la tempête de neige. En particulier, il y en a une qui me plaît bien, prise sur le pont 6 alors qu'une personne arrive sur la coursive, les flocons de neige tracent des lignes dans la lumière d'un projecteur. Ça remuait un tout petit peu pendant le dîner mais bon juste un tout petit peu.

Mardi 25 mars à 8 h 38 : cette nuit, ça remuait un tout petit peu et pourtant à un moment donné j'ai regardé par le sabord : il y avait des creux assez impressionnants mais bon finalement ça ne remuait pas beaucoup. Ce matin à Vadsø, le MS Minatsol a fait demi-tour devant les môles pour finalement entrer dans le port en marche arrière. Sans doute que le chenal n'est pas assez large par rapport à sa taille pour qu'il y fasse demi-tour. Pendant l'escale, le ciel était assez couvert mais là maintenant, ça se dégage. Il devrait faire beau.

9 h 22, nous sommes entrés dans le fjord de Kirkenes. Tant que nous étions en pleine mer, il y avait une houle de 2 m environ qui montait à l'assaut des récifs et des falaises du rivage ; dans le fjord, c'est le calme plat mais le ciel s'est à nouveau couvert. Ambiance de fin de voyage à bord car beaucoup d'Allemands vont quitter le navire. Quelques petits glaçons sur l'eau, mais nettement moins que lors de mes précédents voyages en février même si le fonds des fjords latéraux sont gelés ; pas de grandes plaques sur le fjord principal.

A Kirkenes, tour en spark vers le port de plaisance où tous les bateaux sont à sec sur le quai. La spark est nettement plus dirigeable que celle d'hier dont les patins étaient faussés (est-ce moi qui les ai tordus lors de ma gamelle ? je ne pense pas). Au retour, je suis passé devant un supermarché "Spar Land" dont l'enseigne était également écrite en cyrillique.

Là maintenant, nous sommes repartis de Kirkenes et il y a plus de glace dans le fjord (ce matin lors de l'escale ont pouvait voir de larges plaques dériver depuis le fjord où se situe le port de plaisance) ; le navire a même fait un peu le brise-glace… mais bon, il a cassé des plaques de 1 à 2 cm d'épaisseur. Une fois en pleine mer, ça a bougé un peu mais bon faut pas exagérer.

Arrivés à Vardø… rhoooo la lumière…. magique… ahhhh, je m'en suis mis plein les yeux… c’était un régal ! ! Ah oui, avant d'y arriver, nous avons croisé la route d'un groupe de dauphins en chasse (il y avait aussi beaucoup d'oiseaux tournoyant au-dessus d’eux) mais jouant également car j'en ai vu au moins un faire un saut périlleux au-dessus des vagues… par contre, pas de photos correctes.

Mercredi 26 mars : très beau temps pendant toute la journée ; je n'ai pas vu Honningsvåg mais par contre j'étais debout lors de l'escale à Kjøllefjord à 4 h du matin ; toujours de nouvelles constructions à Hammerfest. J'ai fait pas mal de photos à Skjervøy, de l'église notamment lors de l'escale mais c’est surtout après cette escale, que nous avons droit à une très belle aurore boréale : cette fois-ci, malgré les conditions j'ai décidé d'en faire des photos forcément bougées mais bon elles donnent quand même une bonne idée du spectacle.

Jeudi 27 mars : il fait à peu près beau quand nous arrivons à Harstad où en revenant de mon petit tour en ville, j'ai eu une de mes plus grandes émotions de ce voyage : une parhélie était vraiment bien visible autour du soleil avec le halo, les sundogs… Mais le ciel s'est assez vite couvert, neige, pas très chaud mais là, à 14 h 30 alors que nous arrivons à Stokmarknes, c'est le soleil… Il vaut mieux qu'il ait fait mauvais ce matin et qu'il fasse beau cet après-midi plutôt que l'inverse. Je vais peut-être aller faire un tour de spark à Stokmarknes… pas de spark en fait car il n'y a pas assez de neige sur le quai (alors qu'il neige assez fort) et je n'ai pas envie de renouveler mon expérience d'Honningsvåg.

15 h 50 alors que nous venons de passer sous le pont de Stokmarknes, je quitte le salon panoramique car la neige s'accumule sur les grandes baies vitrées cachant la vue.

30 minutes après avoir quitté Stamsund avec beaucoup de retard car il y avait beaucoup de voitures à charger dans la cale, nous avons encore eu droit au spectacle des aurores boréales mais moins belles que celles d'hier soir : juste 30 secondes à une minute de vraiment intéressant. Je me suis couché en fait à 11 h 20.

Vendredi à Ørnes vers 9 h, une très très belle lumière, 8 à 10 cm de neige fraîche tombée cette nuit : c'est très très beau, la neige dans les arbres, les rorbuer dans la lumière matinale, certains à l'ombre d'autres déjà éclairés.

Lors de l'escale à Sandnessjøen, au cours de mon petit tour sur les quais, je passe devant un pêcheur qui vend ses crevettes cuites (fersk reker) au litre sur le pont de son bateau.

13 h 47 devant les "Sept Soeurs", grand ciel bleu… pour une fois ! La navigation ensuite est aussi intéressante mais je me plonge dans des bouquins sur Hammerfest et Vardø de la bibliothèque du bord et je ne vois pas arriver Brønnøysund où je reste à bord pour une séance de jacuzzi sur le pont 9 mais aussi des photos de l'environnement du port. Ensuite bien sûr, détour vers le Thorgatten puis le crépuscule arrive assez vite pour  un coucher du soleil vers 19 h. A Rørvik, c’est le… MS Nordstjernen qui est à quai et nostalgique, je m'en vais bien sûr le visiter et le faire visiter à certains de mes compagnons de voyage ; je discute avec quelques membres de l'équipage et leur dit combien j'ai apprécié le navire.

Samedi à Trondheim, je reviens à bord après une petite balade sur les quais : ce sont les 2 sisters ships MS Midatsol et MS Trollfjord qui sont à quai ; ils sont vraiment énormes même si bien sûr, ils sont très très très petits par rapport à certains paquebots de croisière récents. Apparemment ces 2 navires disposent de machines pour compacter les cartons d'emballage et des ballots sont débarqués ici. Il fait 10° ; une moto neuve a également été déchargée.

16 h 50 à Kristiansund, de retour d'une balade de 20 minutes sur les quais, les palettes de tourbe embarquées à Rysøyhamn vont rester ici.

Dimanche 12 h 50 nous passons devant Fedge après avoir croisé le MS Lofoten vers 11 h 30 à peu près… donc il était très en retard. Aujourd'hui, c'est le passage à l'heure d'été et les horaires sont un peu bousculés : pour nous le retard ne sera que de 30 minutes à l'arrivée à Bergen. Météo pas très intéressante pour la photo aujourd'hui, jour blanc.


page précédente