3ème jour : tour du Kongsfjord et route vers Virgohamna, anse de l'île Danskøya

panoramas du jour pour avoir une petite idée des lieux visités : hop - hop - hop

 

Ce matin, nous levons l'ancre vers 9 H 30 pour un tour de la baie en matinée, une visite à une ancienne carrière de marbre sur Blomstrand en début d'après-midi puis route vers Magdalenefjorden. L'Isbjorn II est nettement plus entouré de glace ce matin que hier soir et nous avons été bercés par les vagues des chutes de 2 séracs cette nuit. Le ciel est à 20 % dégagé mais le plafond est nettement plus haut et il ne reste plus que les sommets des plus hautes montagnes à être dans les nuages.

 
Cap à l'est vers le fond de la baie en passant près d'icebergs. Bien sûr, ceux-ci n'ont pas la taille des icebergs groënlandais mais sont quand même impressionnants. Quand on pense que seul 1/9ème de leur masse émerge, on évalue vite leur poids à raison d'une tonne par mètre cube... L'Isbjorn II avec ses 200 tonnes ne fait pas, mais alors pas du tout, le "poids" face à ces icebergs.

 
Ce matin au programme : visite de 2 fronts glaciaires du Kongsbreen (qui est en fait une petite partie du Kronebreen) séparés par la falaise rouge d'Ossian Sarsfjellet qui abrite une grande colonie d'oiseaux.

 
La mer est rouge du fait du limon arraché par les glaciers.

 
Sur notre route, nous nous approchons d'un phoque barbu tranquillement endormi sur son growler. Plus tard, alors que je suis à l'arrière du bateau, Murielle me signale un bébé phoque barbu qui nous regarde à 5 m du bateau dans l'eau rouge. Sans doute, ai-je fait des gestes trop brusques pour prendre mon appareil photo car il plonge subitement pour réapparaître beaucoup plus loin. Les phoques sont relativement curieux et j'aurai d'autres occasions d'en voir faire un tour d'inspection complet du bateau.

 
Devant le second front glaciaire, nous assistons à notre première vraie chute de séracs. Hier soir, il y en a bien eu quelques unes au Blomstrandbreen mais minimes. Ce matin, les séracs sont plus gros, mais dans les prochains jours, nous verrons d'autres chutes très, très nettement plus imposantes.