4ème jour : de Virgohamna (Danskøya) à Mushamna (Woodfjorden)

en passant par Ytre (Norskøyane) : visite d'anciennes stations baleinières puis points de départ d'explorateurs polaires ; sans oublier les macareux...

panoramas du jour pour avoir une petite idée des lieux visités : hop - hop

 
Vers 13 H, nous débarquons sur Norskøyane et plus précisément à Ytre pour une visite d'une ancienne station baleinière suivie de l'ascension au sommet de l'île (150 m) pour aller voir une petite colonie de macareux en haut des falaises sur la côte ouest.
Cette fois-ci en prévision de la descente, je prends mes 2 bâtons de randonnée, contrairement aux autres balades à terre où je n'en ai pris qu'un.
Nous commençons donc notre tour par la grève d'Ytre où je prélève un peu de sable pour en ramener pour Jean et pour moi-même.

 
Juste au dessus de la grève, on peut encore voir les restes de 6 anciens fours à graisse. Si vous voulez voir des planches explicatives de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, c'est ici.

 
Vers 15 H à 50 m au dessus des fours, on arrive dans un ancien cimetière où sont enterrés plus de 100 baleiniers.
En fait de tombes, ce sont des tas de pierres qu'on posait sur les corps, pratiquement pas enterrés du fait de la dureté du sol gelé, afin de les préserver des animaux.
En arrivant parmi ces tombes, je me mets à parler à voix basse.

 
Nous commençons l'ascension vers le sommet de l'île par des pierriers. Cette montée ne sera pas trop dûre en prenant son temps. Je n'étais pas au courant du but de cette ascension et surprise, quand après être arrivé au sommet d'une dernière bosse, je découvre le sommet des falaises de la côte ouest et une petite colonie de macareux à 20 m (on s'en approchera à 10 m environ sans apparemment les déranger ; ils ne craignaient pas grand-chose car une faille de 2 m de large nous séparait d'eux).

 
Il y avait entre 20 et 30 macareux installés sur des corniches étagées sur 15 m de hauteur (du moins, pour celles que nous avons vues). Nous sommes restés une trentaine de minutes à les observer, parlant à voix basse sans faire de gestes trop brusques.
Sont-ils toujours fidèles au rendez-vous ? En tout cas, ils se sont prêtés "comme des pros" à notre séance photo : chacun notre tour, nous descendions un peu sur une petite corniche pour être à leur hauteur pour les photographier. De notre côté de la faille, ce n'était pas aussi "à-pic" que de leur côté... heureusement !!
Du haut de Norskøyane, le panorama, avec ce ciel d'éclaircies, était magnifique : d'est en ouest, on devinait les chenaux séparant les îles de ce petit archipel ; les couleurs de la mer vue d'en haut passaient du vert émeraude au gris brillant de reflets du soleil. J'apprécie beaucoup les 2 panoramas (vers l'un et vers l'autre) que j'ai construits à partir de photos prises vers 16 H 30 du sommet de l'île lors de notre retour vers la côte est pour rejoindre l'Isbjorn II.
Si la montée n'a pas été trop dûre, j'ai vraiment trainé la patte lors de la descente malgré mes 2 bâtons : mon genou droit n'apprécie vraiment plus les descentes. Toutefois, je ne regrette pas du tout d'être monté voir les macareux et le panorama, ces spectacles compensant largement le surplus de douleurs articulaires par rapport à tous les jours.
Nous continuons notre navigation vers l'est en longeant la plaine côtière de Reinsdyrflya après laquelle nous virons vers le sud dans Woodfjorden en direction de Mushamna (anse de la souris) sur la rive est de ce fjord où nous mouillerons pour y passer la nuit.
Ce soir, au nord, le ciel est bleu et est bien dégagé côté terre. Avec le jour permanent, je me coucherais de plus en plus tard si je n'étais pas fatigué. Quelques uns d'entre nous étaient encore debout ou se sont levés vers 2 H du matin pour voir le soleil de minuit (à la vraie heure) et apparemment, celà valait la peine d'être vu.